Cette histoire a commencé par

Cette histoire a commencé par un jour d’hiver tout a fait banal. Un jeune homme nommé Zen se rendait comme tout les jours au collège. C’était un garçon au visage pâle et fin. Il avait les cheveux d’un blond or et les yeux d’un vert perçant. Il était semblable à ces garçons qui préfèrent lire dans un coin et qui n’ont pas les mêmes centres d’intérêts que la plupart des gens de leur âge. Comme tous les jeudis après-midi, il se trouvait en classe de latin avec son professeur M.Bénard, qui avait décidé de faire son cours au CDI.

Le CDI du collège se trouvait au rez-de-chaussé du bâtiment administratif. C’était une salle assez simple divisée en deux parties. A droite, se trouvait quelques postes informatiques, une dizaine de tables chacune pouvant accueillir maximum six personnes pour travailler et le bureau de la responsable du CDI. La partie de gauche était dédiée aux rayons. Pour y accéder, il fallait descendre un escalier en bois. Il y avait dix rayons. Chaque rayon correspondait à une matière spécifique. Le CDI était un endroit calme où peu d’élève se rendait durant la pause. Zen était l’un d’eux. C’était son endroit favori. Pour lui, cette salle regorgeait de mystères. M.Bénard avait demandé aux élèves de faire, durant ce cours, des recherches sur les dieux romains en vue d’un exposé. Notre blondinet,se trouvant encore seul pour ce devoir, avait préféré, au contraire de ses camarades, faire ses recherches dans les rayons. Il était environ quinze heures, quand, en cherchant à travers les étagères, notre jeune héros remarqua un livre d’un étrange aspect, qu’il n’avait jamais vu auparavant. Envahi par sa curiosité, il décida de la prendre. En ouvrant le livre, une lumière jaillit de celui-ci et en un instant le livre qu’il tenait entre ses mains disparut pour laisser place à deux dés de forme octogonale. Ses deux dés avaient un aspect singulier. Ils avaient tout deux la même forme, seul la couleur et les inscriptions dessus étaient différentes. L’un était blanc entourait d’une aura claire et l’autre était noir avec cette fois une aura sombre. Les auras étaient semblables à des flammes. Sur le dés blanc, il y avait des signes que Zen ne pouvait pas déchiffrer sauf une inscription en latin:  »bonus ». Sur le dés noir, les signes étaient également indéchiffrables mais ne ressemblaient pas du tout à ceux du dés blanc. Il avait également une inscription en latin cependant il était noté  »malus ». Intrigué pas ces deux objets, Zen décida de s’assoir au milieu des rayons et de lancer les dés au sol. Mais tout à coup, en même temps qu’il s’exécutait, il entendit un bourdonnement et fut pris d’une douleur atroce à la tête. Puis , une lumière aveuglante l’entoura et le fit disparaître…

à suivre

16 thoughts on “Cette histoire a commencé par

  1. J ai bien aimé cette partie:
    Cette histoire a commencé par un jour d’hiver tout a fait banal. Un jeune homme nommé Zen se rendait comme tout les jours au collège. C’était un garçon au visage pâle et fin. Il avait les cheveux d’un blond or et les yeux d’un vert perçant. Il était semblable à ces garçons qui préfèrent lire dans un coin et qui n’ont pas les mêmes centres d’intérêts que la plupart des gens de leur âge. Comme tous les jeudis après-midi, il se trouvait en classe de latin avec son professeur M.Bénard, qui avait décidé de faire son cours au CDI.

    Le CDI du collège se trouvait au rez-de-chaussé du bâtiment administratif. C’était une salle assez simple divisée en deux parties. A droite, se trouvait quelques postes informatiques, une dizaine de tables chacune pouvant accueillir maximum six personnes pour travailler et le bureau de la responsable du CDI. La partie de gauche était dédiée aux rayons. Pour y accéder, il fallait descendre un escalier en bois. Il y avait dix rayons. Chaque rayon correspondait à une matière spécifique. Le CDI était un endroit calme où peu d’élève se rendait durant la pause. Zen était l’un d’eux. C’était son endroit favori. Pour lui, cette salle regorgeait de mystères. M.Bénard avait demandé aux élèves de faire, durant ce cours, des recherches sur les dieux romains en vue d’un exposé. Notre blondinet,se trouvant encore seul pour ce devoir, avait préféré, au contraire de ses camarades, faire ses recherches dans les rayons. Il était environ quinze heures, quand, en cherchant à travers les étagères, notre jeune héros remarqua un livre d’un étrange aspect, qu’il n’avait jamais vu auparavant. Envahi par sa curiosité, il décida de la prendre. En ouvrant le livre, une lumière jaillit de celui-ci et en un instant le livre qu’il tenait entre ses mains disparut pour laisser place à deux dés de forme octogonale. Ses deux dés avaient un aspect singulier. Ils avaient tout deux la même forme, seul la couleur et les inscriptions dessus étaient différentes. L’un était blanc entourait d’une aura claire et l’autre était noir avec cette fois une aura sombre. Les auras étaient semblables à des flammes. Sur le dés blanc, il y avait des signes que Zen ne pouvait pas déchiffrer sauf une inscription en latin: ”bonus”. Sur le dés noir, les signes étaient également indéchiffrables mais ne ressemblaient pas du tout à ceux du dés blanc. Il avait également une inscription en latin cependant il était noté ”malus”. Intrigué pas ces deux objets, Zen décida de s’assoir au milieu des rayons et de lancer les dés au sol. Mais tout à coup, en même temps qu’il s’exécutait, il entendit un bourdonnement et fut pris d’une douleur atroce à la tête. Puis , une lumière aveuglante l’entoura et le fit disparaître…

  2. Salut Emma,
    J’ai lu ton texte et il est super!
    Bonne continuation

  3. Slt EmMa
    mais j’ai essayer de recopier ton texte avec la bonne orthographe,
    Cette histoire a commencé par un jour d’hiver tout a fait banal. Un jeune homme nommé Zen se rendait comme tout les jours au collège. C’était un garçon au visage pâle et fin. Il avait les cheveux d’un blond or et les yeux d’un vert perçant. Il était semblable à ces garçons qui préfèrent lire dans un coin et qui n’ont pas les mêmes centres d’intérêts que la plupart des gens de leur âge. Comme tous les jeudis après-midi, il se trouvait en classe de latin avec son professeur M.Bénard, qui avait décidé de faire son cours au CDI.

    Le CDI du collège se trouvait au rez-de-chaussé du bâtiment administratif. C’était une salle assez simple divisée en deux parties. A droite, se trouvait quelques postes informatiques, une dizaine de tables chacune pouvant accueillir maximum six personnes pour travailler et le bureau de la responsable du CDI. La partie de gauche était dédiée aux rayons. Pour y accéder, il fallait descendre un escalier en bois. Il y avait dix rayons. Chaque rayon correspondait à une matière spécifique. Le CDI était un endroit calme où peu d’élève se rendait durant la pause. Zen était l’un d’eux. C’était son endroit favori. Pour lui, cette salle regorgeait de mystères. M.Bénard avait demandé aux élèves de faire, durant ce cours, des recherches sur les dieux romains en vue d’un exposé. Notre blondinet,se trouvant encore seul pour ce devoir, avait préféré, au contraire de ses camarades, faire ses recherches dans les rayons. Il était environ quinze heures, quand, en cherchant à travers les étagères, notre jeune héros remarqua un livre d’un étrange aspect, qu’il n’avait jamais vu auparavant. Envahi par sa curiosité, il décida de la prendre. En ouvrant le livre, une lumière jaillit de celui-ci et en un instant le livre qu’il tenait entre ses mains disparut pour laisser place à deux dés de forme octogonale. Ses deux dés avaient un aspect singulier. Ils avaient tout deux la même forme, seul la couleur et les inscriptions dessus étaient différentes. L’un était blanc entourait d’une aura claire et l’autre était noir avec cette fois une aura sombre. Les auras étaient semblables à des flammes. Sur le dés blanc, il y avait des signes que Zen ne pouvait pas déchiffrer sauf une inscription en latin: ”bonus”. Sur le dés noir, les signes étaient également indéchiffrables mais ne ressemblaient pas du tout à ceux du dés blanc. Il avait également une inscription en latin cependant il était noté ”malus”. Intrigué pas ces deux objets, Zen décida de s’assoir au milieu des rayons et de lancer les dés au sol. Mais tout à coup, en même temps qu’il s’exécutait, il entendit un bourdonnement et fut pris d’une douleur atroce à la tête. Puis , une lumière aveuglante l’entoura et le fit disparaître…

    à suivre

  4. Salut Emma
    Rien à dire super histoire

    1. Ho Théo tu fais le fou pour corriger les fautes mais dans ta correction il y en a plus que dans le texte original.
      Vous faites trop les fou mais vous êtes en 5ème calmez vous tout de suite parce qu’on va pas rigoler avec vous. Détendez vous.

  5. J’aime beaucoup ton texte il est très intéressant.

  6. ton texte est interessent et super

  7. Super texte mais il n’y a pas trop de suspens mais j’ai quand même hâte de voir la suite .

  8. Ton texte est très bien rien à redire.

  9. Ton texte est très intéressant et captivant. Je n’ai rien à dire de plus mais cette histoire est très bien écrite 🙂 .

  10. Salut Emma,
    C’est un très bon texte, malgré quelques fautes mais on s’en fou des fautes, cela change rien au contenue du texte. Très bon texte.

  11. J’aime bien cette partie

    « Cette histoire a commencé par un jour d’hiver tout a fait banal. Un jeune homme nommé Zen se rendait comme tout les jours au collège. C’était un garçon au visage pâle et fin. Il avait les cheveux d’un blond or et les yeux d’un vert perçant. Il était semblable à ces garçons qui préfèrent lire dans un coin et qui n’ont pas les mêmes centres d’intérêts que la plupart des gens de leur âge. Comme tous les jeudis après-midi, il se trouvait en classe de latin avec son professeur M.Bénard, qui avait décidé de faire son cours au CDI.

    Le CDI du collège se trouvait au rez-de-chaussé du bâtiment administratif. C’était une salle assez simple divisée en deux parties. A droite, se trouvait quelques postes informatiques, une dizaine de tables chacune pouvant accueillir maximum six personnes pour travailler et le bureau de la responsable du CDI. La partie de gauche était dédiée aux rayons. Pour y accéder, il fallait descendre un escalier en bois. Il y avait dix rayons. Chaque rayon correspondait à une matière spécifique. Le CDI était un endroit calme où peu d’élève se rendait durant la pause. Zen était l’un d’eux. C’était son endroit favori. Pour lui, cette salle regorgeait de mystères. M.Bénard avait demandé aux élèves de faire, durant ce cours, des recherches sur les dieux romains en vue d’un exposé. Notre blondinet,se trouvant encore seul pour ce devoir, avait préféré, au contraire de ses camarades, faire ses recherches dans les rayons. Il était environ quinze heures, quand, en cherchant à travers les étagères, notre jeune héros remarqua un livre d’un étrange aspect, qu’il n’avait jamais vu auparavant. Envahi par sa curiosité, il décida de la prendre. En ouvrant le livre, une lumière jaillit de celui-ci et en un instant le livre qu’il tenait entre ses mains disparut pour laisser place à deux dés de forme octogonale. Ses deux dés avaient un aspect singulier. Ils avaient tout deux la même forme, seul la couleur et les inscriptions dessus étaient différentes. L’un était blanc entourait d’une aura claire et l’autre était noir avec cette fois une aura sombre. Les auras étaient semblables à des flammes. Sur le dés blanc, il y avait des signes que Zen ne pouvait pas déchiffrer sauf une inscription en latin: ”bonus”. Sur le dés noir, les signes étaient également indéchiffrables mais ne ressemblaient pas du tout à ceux du dés blanc. Il avait également une inscription en latin cependant il était noté ”malus”. Intrigué pas ces deux objets, Zen décida de s’assoir au milieu des rayons et de lancer les dés au sol. Mais tout à coup, en même temps qu’il s’exécutait, il entendit un bourdonnement et fut pris d’une douleur atroce à la tête. Puis , une lumière aveuglante l’entoura et le fit disparaître…
    à suivre »
    C’était très bien continue comme ça.

  12. Ce texte est un très bon texte et tu as été original sur certain point. La fin est tout aussi bien car elle amène du suspens. Hâte de lire tes prochains épisodes.

  13. Salut,
    La description du CDI est vraiment parfaite,ça donne vraiment une chose au texte. Le texte en lui même est très bien. Juste tu aurai enlever le  » à suivre » car la fin nous laisse déjà sur un bon suspens.

  14. Bonjour Emma
    J’aime beaucoup ton texte il est très intéressant. Tua as su respecter la consigne rien à dire.
    Continu comme ça j’attends la suite 😛

  15. Salut Emma,
    je trouve ton texte super bien,
    j’aime certains mots que tu emplois!
    En tout cas j’aime ta manière d’écrire!

Comments are closed.